Analyse 2021 de la
plateforme P2P PeerBerry

La plateforme P2P PeerBerry est clairement celle que je vais privilégier cette année pour mes investissements. PeerBerry est en effet une plateforme solide, qui fait des profits et qui propose une stratégie de communication véritablement efficace. C’est clairement une valeur montante sur le marché des prêts P2P.

Mais avant d’investir, je vous propose une analyse détaillée de cette place de marché dont la réputation grandit chaque jour.

Avertissement

Cette analyse de la plateforme P2P PeerBerry est à 100% honnête. Je ne suis pas payé par cette plateforme ou quiconque pour partager mon expérience. Mon intention avec cette analyse est de documenter mon parcours et d’inspirer les autres de sorte qu’ils génèrent des revenus passifs grâce à leurs investissements. Plus d’infos sur cette page dédiée.

Bref aperçu de PeerBerry

PeerBerry est une plateforme de prêts “peer-to-peer” (entre particuliers) dont le siège social est basé à Riga en Lettonie, comme nombre d’autres plateformes P2P. La plateforme y est enregistrée comme la SIA “AV Marketplace”, mais leur équipe est physiquement localisée à Vilnius en Lituanie.

Siège social de PeerBerry

Lancée en juin 2017 par Aventus Group, PeerBerry est certainement l’une des plateformes de prêts participatifs P2P à la croissance la plus rapide. Au démarrage,  Aventus Group était la seule entité à proposer des prêts sur la plateforme.

Aventus Group avait déjà testé les plateformes P2P en rejoignant Mintos en septembre 2016. Puis le groupe avait quitté la plateforme pour fonder PeerBerry.

Aventus Group a démarré son activité de prêts en 2009 dans des pays comme la Lituanie, la Lettonie, la République Tchèque et la Géorgie, et compte aujourd’hui plus de 850 employés.

Par la suite, la plateforme P2P PeerBerry s’est associée à d’autres sociétés de prêts permettant ainsi de diversifier son portfolio et donc de réduire le risque lié à un éventuel défaut de l’une de ses sociétés de prêts. Et on peut dire que ça lui a réussi puisque la plateforme a généré des profits dès 2018 (98K€) et a confirmé l’essai en 2019 (284K€).

Le PDG de PeerBeery est Arunas Lekavicius, qui avait été précédemment Responsable du département crédit-bail au sein de l’entreprise lituanienne 4finance. PeerBerry a récemment mis à jour sa page “À propos” affichant désormais une équipe composée de 10 employés.

Equipe de PeerBerry

Aventus Group a rapidement revendu PeerBerry à deux actionnaires privés : Genrik Baitiul et Ivan Butov. Ces deux actionnaires sont des investisseurs passifs et n’ont pris aucune fonction chez PeerBerry. Ils ne participent pas non plus aux décisions de gestion de la plateforme.

Genrik Baitiul possède une grande expérience en gestion et en développement d’entreprises dans des secteurs comme l’immobilier et les TIC. Actuellement, il travaille en tant que PDG dans la société informatique AIS Consulting et détient 40% des actions de cette entreprise. AIS Consulting propose des solutions informatiques pour différentes entreprises, y compris les sociétés financières.

L’expérience de Genrik Baitiul a joué un rôle important dans le développement de la plateforme PeerBerry lorsqu’il a démarré en 2017.

Ivan Butov est un expert dans la gestion des risques et de l’assurance qualité. Auparavant, il a dirigé différentes sociétés en tant que directeur général et a occupé le poste de membre du comité de crédit de la caisse populaire. Actuellement, il travaille pour la société TELEMED Medical Ultrasound Systems en tant qu’inspecteur qualité.

Edit du 3 Mai 2021 : Genrik Baitiul a revendu ses parts à Igoris Trofimovas, le seul et unique membre du conseil d’administration semble-t-il.

goris trofimovas

Goris Trofimovas possède une bonne expérience dans le secteur du développement immobilier et de la finance. Il est titulaire d’une maîtrise en économie et en administration des affaires de l’université de Vilnius.

Il est aussi le frère d’Andrejus Trofimovas, PDG de plusieurs sociétés qui utilisent la marque “Aventus Group”.

Fonctionnement de PeerBerry

PeerBerry est simplement une plateforme de prêts participatifs qui connecte des sociétés de prêts (entreprises qui prêtent des fonds à des emprunteurs) avec des investisseurs à la recherche d’opportunités d’investissement. 

Il est de la responsabilité de ces sociétés de prêts, au nombre de 23, d’évaluer la solvabilité des emprunteurs, d’accorder leurs prêts puis de les proposer sur la plateforme. Via l’interface du site, les investisseurs vont ensuite parcourir les projets proposés et prendre leurs propres décisions d’investissement. 

Parmi ces 23 sociétés de prêts, 17 sont affiliées à Aventus Group, 5 à GofingoLithome en son nom propre et plus récemment le SIBgroup.Aventus Group

Gofingo

Lithome

SIBgroup

Les prêts sont généralement établis pour une durée d’un mois environ. C’est une échéance parfaite pour les investisseurs désireux de ne pas bloquer leur argent sur des durées trop longues. Par ailleurs, les prêts disponibles offrent de rendements allant de 11% à 13% en moyenne.

Par ailleurs, cette durée d’un mois explique pourquoi la plateforme PeerBerry favorise le paiement du principal et des intérêts en même temps, c’est-à-dire à l’échéance prévue. Alors que généralement, sur les autres plateformes et pour des durées plus longues, les intérêts sont réglés à des échéances intermédiaires.

Intérêts sur PeerBerry

Ainsi, si vous prêtez 100 sur une échéance à 28 jours, l’emprunteur versera (par exemple) 102 à la société de prêts 4 semaines plus tard. Ce dernier prélèvera sa commission puis versera le solde à PeerBerry, qui pourra à son tour prélever sa commission avant de vous régler le principal  et les intérêts prévus.

lien vers la plateforme peerberry

C’est ainsi que PeerBerry se rémunère car la plateforme ne prélève aucun frais sur les investissements effectués, sur la gestion des prêts, sur la revente d’investissements ou encore sur les  retraits effectués par les investisseurs.

Qui peut investir ?

Comme la plupart des plateformes localisées en Europe, PeerBerry accepte uniquement les transferts d’argent depuis les pays de l’Espace Économique Européen (États membres de l’UE plus la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein). En cela, la plateforme se  conforme aux exigences AML (« Anti Money Laundering »).
 
En conséquence de quoi, tous les résidents de ces pays peuvent s’inscrire (donc pas uniquement les citoyens européens). C’est également possible si vous vivez à l’étranger mais que vous avez un compte bancaire et une adresse de domiciliation en Europe (comme c’est le cas pour moi qui vit en Asie). Quoi qu’il en soit, PeerBerry n’accepte que les transferts bancaires en euros de type SEPA.
 
Il est même possible de démarrer sur PeerBerry en ouvrant simplement un compte Transferwise en euros. PeerBerry s’assurera simplement que vous avez plus de 18 ans et que vous avez une carte d’identité en bonne et due forme.
 
Fonctionnement de Peerberry
À ce jour, plus de 22 000 investisseurs sont inscrits sur PeerBerry finançant plus de 248 millions d’euros de prêts. La plateforme a ainsi généré plus de 2,8 millions d’euros d’intérêts, grâce à un rendement annuel moyen de 11,7%.
 
Pour aller dans le détail, les investisseurs ont accès à des graphiques qui montrent le volume des prêts financés chaque mois ainsi que les intérêts payés aux investisseurs.
 

Prêts cumulés sur PeerBerry

Notons que la plateforme est disponible en anglais, en allemand et en espagnol.

Dans quoi investir ?

PeerBerry offre assez peu d’informations sur les emprunteurs finaux dont elle facilite le financement. La grande majorité de ces emprunteurs ont opté pour des prêts à la consommation sur du court-terme. La durée de ces prêts est généralement située entre 6 et 60 jours.

Mais on peut également trouver des prêts immobiliers à plus long terme d’une durée supérieure à 12 mois. Ainsi que des prêts pour l’achat d’une voiture pour une durée de 60 mois bien que ce type de prêts soit assez rare.

Prêts disponibles sur PeerBerry

Où investir avec PeerBerry ?

Il est intéressant également de connaître les pays dans lesquels nous investissons via PeerBerry. En effet, la situation macroéconomique du pays peut jouer dans certains cas. Les emprunteurs que l’on peut trouver sur la plateforme sont basés majoritairement dans les pays suivants : Ukraine, Russie, République Tchèque, Kazakhstan, Lituanie, Moldavie, Biélorussie, Pologne et Vietnam. 

Il est donc possible de diversifier géographiquement son portefeuille avec pas moins de 10 pays proposés par PeerBerry. On reste encore assez loin de ce que propose Mintos mais c’est un bon début pour diversifier son portefeuille au niveau macroéconomique. Dans la pratique, on constate tout de même qu’il y a une très grande majorité de prêts provenant d’Ukraine et de Russie.

lien vers la plateforme p2p peerberry

Comment investir ?

PeerBerry propose comme toutes les autres plateformes P2P l’investissement manuel. Dans ce cas, l’investisseur sélectionne lui-même le projet sur lequel investir en fonction de paramètres comme la localisation géographique de l’emprunteur, le montant emprunté ou le rendement attendu.

Exemple de prêt

En matière d’investissements P2P comme pour toute autre classe d’actifs, il est bon de pouvoir diversifier ses avoirs. Cela permet d’atténuer votre exposition diminuant ainsi votre niveau de risque. Cela peut se faire simplement sur PeerBerry puisque le montant minimum d’un investissement est de 10€. Donc il vous est possible d’investir sur 100 prêts avec une mise initiale de 1000€.

Mais sachant qu’il existe une garantie de rachat, l’important n’est donc pas tant de diversifier vos prêts que de diversifier les sociétés de prêts avec lesquelles vous travaillez. En cas de défaut d’une société de prêts, vous limitez ainsi automatiquement la perte éventuelle. Néanmoins, comme nous le verrons après, il existe une garantie fournie par le groupe auquel est affilié la société de prêts.

Sociétés de prêts sur PeerBerry

Notons également que, outre la localisation géographique, les prêts sur la plateforme P2P PeerBerry se ressemblent beaucoup. Du coup, il est intéressant de mettre en place un investissement automatisé. Il vous faudra alors spécifier le montant que vous souhaitez investir par prêt, la durée souhaitée des prêts, les pays visés, les sociétés ciblées et les taux d’intérêt attendus. La plateforme s’occupera alors de diversifier vos investissements sur plusieurs pays et donc différents niveaux de risques.

Auto-investissement

Notons tout de même un point important : que ce soit en investissement manuel ou automatisé, il n’est pas possible de sélectionner un type d’amortissement en particulier.

Pour ce qui concerne les prêts de court terme, la question ne se pose pas puisque les emprunteurs remboursent à échéance, le principal et les intérêts en même temps donc (quelques jours pour les prêts sur salaire à court terme).

Pour les prêts à long terme, la plateforme P2P PeerBerry reverse chaque mois une partie du principal avec les intérêts. Le remboursement du principal démarre à un niveau bas puis augmente à chaque échéance tandis que les intérêts suivent le chemin inverse.

Les prêts immobiliers fonctionnent différemment. Chaque mois seuls les intérêts sont payés, tandis que le principal n’est versé qu’à l’échéance finale.
 

Une fois que vous aurez confirmé les investissements dans lesquels vous souhaitez investir, vous pourrez les visualiser sur votre tableau de bord. Vous y trouverez des informations telles que le pays de l’emprunteur, la date d’achat, le type de prêt, le taux d’intérêt, le montant investi, la date de paiement prévue, etc…

Prêts en cours

Enfin, contrairement à beaucoup de ses homologues du secteur (comme Swaper par exemple), la plate-forme ne propose pas de marché secondaire. Cela signifie que vous devez conserver vos investissements jusqu’à échéance. Mais étant donné que les prêts ne durent qu’une trentaine de jours, le marché secondaire n’aurait pas forcément de sens. On peut donc constater que PeerBerry offre malgré tout un niveau de liquidité acceptable.
 

Ainsi, pour quitter la plateforme, il suffit de mettre fin à votre investissement automatique. De cette manière, les versements des prêts seront portés à votre crédit sur votre compte. Il ne vous restera alors plus qu’à effectuer des retraits vers votre compte bancaire.

Cela signifie qu’environ 80% du montant investi est potentiellement disponible dans un délai d’un mois après l’arrêt de l’investissement automatique. En supposant qu’environ 20% des prêts soient en défaut, il vous faudra un maximum de 60 jours supplémentaires pour que la garantie de rachat fasse effet et que vous receviez la totalité de votre argent. Cela signifie que 100% de votre investissement et des intérêts générés peuvent être disponibles en trois mois.

PeerBerry et la gestion du risque

Les investisseurs chevronnés sont pleinement conscients du compromis “Risque vs Rendement”. Cela signifie que plus les rendements proposés sont élevés, plus il y a de risques que l’emprunteur fasse défaut. Sachant que PeerBerry propose des intérêts intéressants, analysons de plus près le risque couru par l’investisseur.

Il faut avant tout savoir que PeerBerry offre principalement des prêts sur salaires. Les emprunteurs ont généralement besoin d’un coup de pouce et ne contactent pas leur banque au vu des démarches administratives ou bien de leur historique financier.

Ces prêts proviennent majoritairement des sociétés du groupe Aventus (pour environ 80%) tandis que les 20% restant sont proposés par le groupe Gofingo, LitHome et SIB Immobilier.

En premier lieu, il est important de comprendre que ces sociétés partenaires ont un accord juridique avec PeerBerry pour n’emprunter qu’un maximum de 45% de leur portefeuille total de prêts via le crowdlending. Le reste des prêts est émis sur leurs propres fonds.

Ainsi, PeerBerry contrôle le niveau d’endettement de ses partenaires afin que ceux-ci ne dépassent jamais la limite fixée contractuellement. Si le niveau d’emprunt de ces « loans originators » venait à atteindre la limite fixée, leurs prêts ne seraient alors plus listés sur la plateforme jusqu’à ce que la situation s’améliore.

Par ailleurs, les sociétés partenaires de PeerBerry accumulent en continu une réserve de trésorerie de 10% (voire plus) du portefeuille de prêts. PeerBerry peut alors contractuellement utiliser cette réserve à tout moment pour rembourser des prêts aux investisseurs.

À la lecture de ces éléments, on peut comprendre aisément la solidité de la garantie de rachat qui accompagne automatiquement les projets d’investissement sur PeerBerry.

Commencer à investir

Très répandue, cette garantie de rachat offre aux investisseurs une protection sur leur investissement dans le cas où l’emprunteur ferait défaut. Dans ce cas, la garantie intervient entre PeerBerry et la société de prêts avec laquelle il y a un accord financier.

Ainsi, si l’emprunteur tarde à rembourser un prêt pendant une durée supérieure à 60 jours, la société de prêts est légalement tenu de racheter les parts de l’investisseur dans le prêt en question (capital restant dû majoré des intérêts courus pour la période du prêt).

Pour bien comprendre ce mécanisme de garantie de rachat, voici un exemple concret :

1Vous prêtez 100€ à un emprunteur en Lituanie à 15% qui est censé rembourser ces fonds 30 jours plus tard.

2Un mois plus tard, on constate qu’aucun paiement n’a été reçu sur votre compte.

3C’est la société de prêts qui va alors poursuivre l’emprunteur pour tenter d’obtenir le paiement.

4Si 60 jours après la date de remboursement convenue, l’emprunteur n’a toujours pas remboursé son prêt, la garantie de rachat entre alors en vigueur.

5Ainsi, la société de prêts transmet les 100€ ainsi que les intérêts à PeerBerry conformément à la garantie de rachat.

6Votre compte PeerBerry est ensuite crédité du principal majoré des intérêts convenus de 15%.

Au final, on peut même constater qu’il n’y a aucune perte (coût d’opportunité) puisque l’investisseur percevra des intérêts durant la période d’extension du prêt (entre 1 et 60 jours).

Notons enfin que la garantie de rachat n’est mobilisée qu’à hauteur de 1,5 à 2% de l’ensemble des prêts répertoriés sur la plateforme. Et à ce jour, aucun prêt ne s’est retrouvé en défaut depuis que PeerBerry a démarré ses activités.

Si malgré tout, un problème d’insolvabilité survenait au niveau de la société de prêts elle-même, PeerBerry offre une garantie supplémentaire appelée la garantie de groupe. Cette garantie de groupe intervient dans le cas où la société de prêts ne serait pas en mesure de couvrir la garantie de rachat.

Garantie de rachat

Notons au passage qu’il est difficile pour les investisseurs d’anticiper les entités potentiellement à risque puisque PeerBerry ne propose aucune évaluation des sociétés de prêts, contrairement à d’’autres plateformes comme Mintos. PeerBerry propose uniquement des informations générales sur les emprunteurs.

Mais ce n’est pas pour autant que PeerBerry est une plateforme plus risquée que Mintos. je vous invite d’ailleurs à aller voir le match Mintos vs PeerBerry.

Pour en revenir à la garantie de groupe à proprement parler, bien que celle-ci se pose en tout dernier recours et qu’elle n’ait jamais été mobilisée jusqu’ici, il est tout de même possible d’émettre quelques réserves.

Avant toute chose, précisons que « Aventus Group » est en fait simplement une marque commerciale. L’entreprise derrière “Aventus Group” est la société “Aventus Capital”.

Ensuite, Il faut expliquer un point central : “Aventus Capital” ne représente pas une holding des différentes sociétés de prêts listées sur PeerBerry. En conséquence de quoi, ces sociétés de prêts ne sont pas des filiales du groupe Aventus qui n’est donc pas non plus leur maison-mère.

Du coup, un certain nombre d’investisseurs ont émis des réserves sur la validité de la garantie de groupe et sur l’entité qui garantit in fine les prêts au nom de cette garantie de groupe.

En fait, les sociétés de prêts agissant sous les marques “Aventus Group” et “Gofingo Group” ont signé entre elles des accords de garanties croisées. Avec ces accords, toutes les entreprises se portent garant pour toutes les autres.

Si l’une d’entre elles rencontre des difficultés financières suffisamment sérieuses pour demander à ce que soit mobilisée la garantie de groupe, alors c’est au “management”, constitué des actionnaires et des directeurs des sociétés, de déterminer dans quelle mesure chacun contribuera à la dette. C’est ce que PeerBerry a expliqué sur son site : Qu’est-ce que la garantie de groupe signifie et comment cela fonctionne ?

Alors il est vrai que cette garantie de groupe, qui n’existe pas sur d’autres plateformes est un plus dans la gestion du risque. Mais dès lors qu’elle est mise en avant par PeerBerry, certaines questions se posent quant à sa mise en œuvre pratique :

  • L’implication des actionnaires dans le management est-elle juridiquement valable ?
  • Comment ce management va déterminer dans la pratique la contribution de chaque société ?
  • En cas de défaut d’une des sociétés, vers qui les investisseurs doivent-ils se tourner ?

Notons enfin que ces accords ne sont pas publics, mais leur existence est simplement attestée par un mémorandum.

Pour ma part, je ne trouve pas que ce montage juridique établi par des avocats soit véritablement un problème. C’est un plus d’avoir cette garantie par rapport à d’autres plateformes qui ne la proposent pas. D’ailleurs, le régulateur n’est pas du tout intéressé par la garantie de groupe. Celui-ci est davantage concentré sur les performances financières des “loans originators” et sur la lutte contre le blanchiment d’argent.

La lutte contre le blanchiment d’argent est d’ailleurs l’une des étapes les plus importantes de tout le processus réglementaire, car elle implique à la fois les emprunteurs, les partenaires commerciaux de PeerBerry et les investisseurs.

Pour conclure, disons qu’il vaut mieux voir cette garantie de groupe comme un engagement public de ces différentes sociétés de s’entraider en cas de coup dur en mettant en œuvre toutes les ressources disponibles. Mais gardons à l’esprit qu’il ne s’agit effectivement pas d’une obligation juridique.

Améliorations possibles ?

Il faut avouer que PeerBerry, pourtant une jeune plateforme apparue en 2017, est en passe de devenir l’un des leaders du secteur des prêts P2P. Cette entreprise a su agréger un nombre important d’acteurs puisqu’elle compte désormais 23 sociétés de prêts tandis que  plus de 31 000 investisseurs lui font déjà confiancePas étonnant donc de constater que PeerBerry faisait déjà des profits en 2018.
 
Notons également que le volume des prêts à ce jour se situe dans la moyenne haute des acteurs du P2P avec 380 M€. Il faut dire que la plateforme a été bien aidée par Aventus Group qui a démarré son activité de prêts il y a plus de 10 ans déjà. Enfin, PeerBerry offre une réelle diversification géographique avec pas moins de 10 pays représentés. Néanmoins la plateforme a encore quelques faiblesses structurelles à améliorer.
 
Ni marché secondaire, ni fonds de réserve
 

C’est une des faiblesses notables de PeerBerry puisque la plupart des concurrents sérieux du marché P2P proposent un marché secondaire (souvent avec une commission à payer c’est vrai). Ce type de marché améliore la liquidité de la plateforme en permettant aux investisseurs de sortir plus rapidement que prévu.  En corollaire, un marché secondaire augmente le nombre de prêts proposés sur la plateforme à ceux qui souhaitent investir.

PeerBerry invoque le fait qu’ils n’ont pas besoin de marché secondaire car la grande majorité de leurs prêts sont de très courte durée (environ 1 mois). Ils n’ont pas tort effectivement car cette caractéristique permet d’’assurer une bonne liquidité.

Pour ce qui concerne l’absence de fonds de réserve, PeerBerry est en phase avec une grande partie des plateformes qui n’en utilisent généralement pas. PeerBerry invoque une bonne excuse qui est la garantie de rachat par le groupe mère (Aventus ou Gofingo) en cas de défaut de paiement.

Aventus Group

Informations sur les sociétés de prêts

Comme mentionné plus haut, PeerBerry collabore avec deux grands groupes financiers Gofingo et Aventus Group ainsi qu’avec un petit prêteur Lithome. De cette manière, les investisseurs peuvent mettre leurs fonds dans des prêts provenant de 23 sociétés de prêts.

Il y a encore peu de temps, il n’y avait que très peu d’informations sur ces sociétés de prêts. Mais la crise de 2020 a permis d’apporter davantage de transparence.

Désormais, les investisseurs ont accès à la taille de leur portefeuille de prêts, au montant total des prêts financés, à leur localisation géographique, à leur date de création, à leur taille en nombre d’employés ainsi qu’à des informations sur la garantie de rachat et les intérêts.

Smart Pozyczka

Ces nouvelles informations ont permis d’accroître la confiance des investisseurs dans la plateforme. Mais on espère voir encore davantage d’informations dans les mois à venir, telles que des rapports financiers audités et des informations sur le management de chaque entreprise.

Par ailleurs, il me semblait intéressant que PeerBerry développe un jour son propre système de notation comme l’ont fait d’autres plateformes telles que Mintos. En effet, je comprends que d’autres plateformes ne le fassent pas  comme Swaper qui ne travaille qu’avec une seule société de prêts. Mais avec 23 sociétés de prêts, il me semblait important que PeerBerry s’y mette.

À ce sujet, PeerBerry avance des raisons intéressantes. En effet, leur équipe souligne que malgré de bonnes notations sur d’autres plateformes P2P, certains “loan originators” n’ont pas bien vécu la crise du covid19.

PeerBerry avance que son concept est différent puisque leur management préfère “garder la main” sur les performances de chaque ‘loan originator‘ en se reposant notamment sur leurs rapports financiers.

Et d’autre part, PeerBerry renvoie ce travail vers le régulateur de Lettonie qui applique un modèle de notation incluant 23 critères aux ‘loan originators‘ listés sur leur plateforme. Le résultat est que ces “loan originators” présentent un risque faible ou modéré.

Pas de “skin in the game”

La plateforme P2P PeerBerry n’impose pas à ses sociétés de prêts de garder de la “skin in the game” contrairement à ce que font des plateformes comme Mintos et Iuvo.  Arunas Lekavicius, le CEO, invoque le fait que la garantie de groupe existe, que les états financiers des sociétés de prêts sont vérifiés tous les 6 mois et que son équipe mène également des processus internes pour vérifier leur portefeuille chaque mois.

Plateformes alternatives

Beaucoup de gens sont sceptiques quant à ces plateformes de prêt P2P et préfèrent diversifier leurs investissements sur plusieurs plateformes au cas où les choses n’iraient pas dans le bon sens pour l’une d’entre elles. Bien que je pense que la plateforme PeerBerry fait partie du top 5 des plateformes en Europe, il y en a d’autres qui s’avèrent tout aussi intéressantes. Elles mériteraient d’être étudiées et éventuellement utilisées pour diversifier votre portefeuille.

Voici trois autres plateformes parmi mes favorites :

Réflexions finales

Malgré les risques d’investissement inhérents à toute plateforme P2P, il ne fait aucun doute que PeerBerry est l’une des meilleures plates-formes P2P sur le marché. C’est ce qu’elle a démontré durant la crise du covid19 en 2020. Par ailleurs, sur cette plateforme, jamais une société de prêts n’a fait défaut à ce jour. Elle est donc idéale pour ceux qui recherchent des options d’investissement alternatives.

 

Un point qui me plaît énormément, c’est la durée très courte des prêts (c’est d’ailleurs cet aspect qui m’a fait investir sur Swaper également) qui permet d’assurer une bonne liquidité. En cela, on comprend aisément pourquoi l’absence de marché secondaire n’est pas pénalisante.

Par ailleurs, PeerBerry a un avantage certain en termes de diversification avec pas moins de 23 sociétés de prêts permettant d’investir sur 10 pays différents. Le nombre élevé de sociétés de prêts permet également à PeerBerry de proposer un flot continu de prêts évitant ainsi le phénomène de “cash-drag“. Les 31 000 investisseurs qui font confiance à PeerBerry l’ont bien compris.

En matière de risque, celui-ci est plutôt bien maîtrisé grâce à la double garantie (garantie de rachat + garantie de groupe). Mais je ferais quand même davantage confiance à Aventus Group qu’à Gofingo. Par ailleurs, il serait bon que PeerBerry donne davantage d’informations sur ses sociétés de prêts et qu’ils introduisent un système de notation.

 

En matière de transparence enfin, PeerBerry pourrait communiquer davantage sur ses rapports financiers d’autant que leurs chiffres sont vraiment bons. Leur bénéfice en 2019 a surpassé celui de 2018. J’attends donc les chiffres pour 2020 avec impatience (publication prévue en juin 2021).

 

Benefice PeerBerry 2018 vs 2019

 

Enfin, en matière de ressources humaines, je trouve leur politique prudente car les embauches se font à un rythme normal à savoir quelques recrutements annuels. À ce sujet, il serait tout de même bon de prévoir un recrutement au niveau de leur support qui s’avère parfois particulièrement lent.

 

Je serais heureux de connaître votre sentiment sur cette plateforme qui affiche une telle réussite depuis sa création.

Veuillez laisser vos questions sur la plateforme ci-dessous et je serai ravi d’y répondre.

Arrêtez de travailler pour l’argent.
Faîtes en sorte que l’argent travaille pour vous !

* Vos données sont 100% en sécurité. Nous ne vendrons ni prêterons jamais votre email, nous détestons les spams nous aussi. Vous pouvez vous désabonner aux newsletters à tout moment.